Société d’art et d’Histoire du Mentonnais

Poutine et bianquete

mardi 15 mai 2012 par Jean-Louis CASERIO

 Poutine et bianquete

Aquela pesca da poutina, anchouete e sardinete, menàia despù a grava ese stacha sempre pran regolamentàia. Ou Prènchipou de Moùnigou avìa permetù à u se sujete aquela pràtica. Mà r’espourtacian dou peish era defendùa. Apress ou rastacament de Mentan dam’a França en 1861, u pescahoù dou nòu departament de Arpe-Marìtime an augù ou privilégiou de countinuà aquela pesca. Una derougacian ùnica en França e pran rigourousa per ou temp e a lounguessa d’aquela pesca per 45 jorne de r’ann.

Aqueste darrìe annàie, aquela pesca tradiciounala ese stacha pran menaçàia per e lege de r’Europa. Aquele avìan defendù à cuntà dou primou de Genarou 2002, de pescà dam’ou bourgen e autre rese mahinàie da grava. U pescahoù pouvìan pescà soulament fouara ‘na benda de 300 metre e soubre un goussou. U pescahoù dou païs han defendù aquela pesca antiga, una mana vera per elu, e an regneishù à prova ent’u peritou europenque qu’aquesta pesca da poutina, ben regolamentàia, noun fasìa pa de mà ente erbage de poussidounìe e mancou ent’ou pescam. Es una vitòria per u nouaishe pescahoù que s’afanan per servà u pichoù mestìe d’aquì.

San 26 pescahoù, marcà, que pouaran fa a pesca da poutina –qu’es un poc pu grossa qu’a bianqueta- ente Arpe-Marìtime, tra Mentan e Cànoua, que se san engajà à servà a ressourça. Cada pescahoù déu dequiarà a presa dou jorn e respetà dou jorne sensa pescà : duménigue e lunerdì. A pesca da poutina pouhe dounca countinuà de Febrarou fint’au mes d’Abrì per basta 45 jorne de pesca.

 Pêche aux alevins

Cette pêche aux alevins de poissons bleus, anchois et sardines, pratiquée depuis le rivage a toujours été étroitement réglementée. Autorisée par le Prince de Monaco, sous l’Ancien Régime monégasque, uniquement pour la « subsistance de ses bien-aimés sujets ». L’exportation du poisson étant interdite. Lors du rattachement à la France en 1861, les pêcheurs du nouveau département des Alpes-Maritimes obtinrent le privilège de continuer la pratique de cette pêche. Cette dérogation unique en France fut assortie de règles strictes notamment sur la période et la durée de la pêche limitée à 45 jours par an.

Ces dernières années cette pêche traditionnelle fut fortement menacée par la législation européenne. En effet, cette dernière interdisait, dès le 1er janvier 2002, l’utilisation des filets traînants et encerclants manœuvrés du rivage. Elle devait être pratiquée au-delà de la bande des 300 mètres depuis une embarcation. Les pêcheurs locaux ont défendu ardemment cette pêche ancestrale, véritable manne pour la profession. Enfin, les professionnels de la mer ont réussi à prouver aux experts européens que cette forme de pêche aux alevins, bien réglementée, n’a aucune incidence sur les ressources et les herbiers de possidonies. C’est une victoire pour nos pêcheurs qui se battent pour l’avenir des petits métiers méditerranéens.

Ils sont donc 26 pêcheurs, inscrits, pratiquant la pêche à la poutina –un peu plus grosse que la bianqueta- dans les Alpes-Maritimes, entre Menton et Cannes, qui se sont engagés à préserver les ressources. Chaque pêcheur devra déclarer sa prise quotidienne et devra respecter deux jours de relâche : dimanche et lundi. La pêche à la poutine peut donc continuer ! Elle se pratique de février à avril pour une durée légale de 45 jours.


Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 1114 / 137479

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc de Nice-Matin   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 1