Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
Textes en français et en mentonnais

Bastian Countrari

samedi 29 avril 2017 par Jean-Louis CASERIO

Bastian Countrari, comme on le dit en Mentounasc est une expression qui signifie esprit de contradiction, emblème d’entêtement, d’obstination, avec parti pris. Mais pourquoi donc ?

Bastian Countrari

Bastian Countrari, comme on le dit en Mentounasc, en Monégasque et dans tout le Comté de Nice, ou bien, Bastian Contrario, en Ligurie comme en Piémont, est une expression qui signifie, depuis toujours, esprit de contradiction, emblème d’entêtement, d’obstination, avec parti pris. Mais pourquoi donc ?
Dans un article intitulé : « Bastian Contrario, profession bandit » Pier Franco Ghisleni lève un peu le voile sur ce personnage bien mystérieux, qui a bel et bien existé. On sait qu’il a participé, comme brigand guerrier, au conflit de 1672 qui opposait les armées du duc de Savoie, Charles Emmanuel II à celles de la République de Gênes. Dans les rangs piémontais opérait alors un certain Sebastian Contrario, malfaiteur condamné à mort mais qui avait été libéré pour l’occasion. Auprès du peuple, c’était une idole, une espèce de Robin des Bois Piémontais du XVIIe siècle.
Mais ce fut un « fiasco » pour la maison de Savoie que d’avoir employé cet homme peu aguerri à la discipline et aux règlements militaires, le brigand piémontais perdit son prestige. Après la défaite militaire piémontaise, on perdit la trace de cet homme. Que devient-il alors ? "Le bruit le plus commun, apparaît être le suivant : il aurait été enseveli sous les ruines de Castelvecchio. Mais d’autres, et ils furent nombreux, prétendirent l’avoir vu, plusieurs années après, dans le couvent des Capucins de la Madone de Campagna, près de Turin. Enfin quelques bergers crurent l’avoir reconnu sous forme d’un cadavre qu’ils avaient découvert, dans un ravin travesti en volontaire corse. De toutes ces opinions, quelle peut-être la véritable ?
Mais pourquoi l’expression Bastian Contrari est elle employée encore aujourd’hui pour définir une personne qui s’entête à dire toujours le contraire ? Probablement parce que notre personnage s’entêta, avec sa troupe de mercenaires, à trouver une rencontre face à face contre l’ennemi ; alors que la stratégie des Piémontais lui demandait, au contraire, d’agir dans des actions de guérillas. Peut être aussi à cause de sa désobéissance aux ordres de l’armée régulière, car il préférait « agir selon son bon plaisir » et n’en faire qu’à sa tête.
Comme quoi, même une guerre peut laisser des traces dans la pensée et le langage courant !
Jean-Louis Caserio
« Bastian Countrari »
Bastian Countrari, ent’ou parlà mentounasc, en mounegasc o en nissart, o ben, Bastian Contrario, en Liguria couma en Pimount, aquela espressian vouhe di, despù sempre, spìritou de countradician, testardarìa, testoun. Aquelou que pensa sempre ou countrari que ço que car fa. Perqué acò ?
Un ome que se sounava aishì, a partechipà, couma bregant-sourdatou, n’a guerra de 1672 tra e armade dou duc de Savòia, Carlou Manué II couentra a Repùblica de Génoa. Dam’ e stroupe Pimountese i era Sebastian Contrario, coundanà à mouart mà liberà per r’oucasian. Press dou pòpoulou, era un idolou, una soarta de Roubin du bouasque pimountés dou sécoulou des-e-set.
Mà, acò ese stach una mancansa pèr a casa de Savòia d’avé empiegà un ome poc aspert pèr a disciplina e u regolamente militari, ou bregant avìa perdù a soua prestença.
Aprèss a batosta militària du Pimountés, r’ome a despareishù. Chertu pensan qu’ese stach sepelì souta e rouine de Castelvecchio. Mà d’autre, pu numerouse, pretendan r’avé vist, tantu ane aprèss, ent’ou couvent du Frate da Madona de Campagna, prèss de Turin. E quarque pastre an cret de r’avé recounoushù sout’a fourma d’un cadàverou trovà, ent’un gaveass mascarà en voulountari corsou. De tout acò, ço que pouhe esse a verità ?
Mà perqué, a paraula Bastian Contrari ese sempre empiegàia d’ancùhi pèr defenì una persouna testarda que di sempre ou countrari de l’autre. Perqué aquer persounage s’ese testardeà dam’a soua stroupa de mercenari de batalhà de frouant u nemigue ; aloura qu’a strategìa du Pimountese vourìa mandà basta de tràpoure. Forshi tamben pèr a soua desòubediença ent’u oùrdine de r’armada, elou avìa pu de cà de fà couma elou vourìa, pèr ou sen belou pieijhé.
Couma se vehe, meme una guerra pouhe laishà de marque ent’a penséa e a lenga dou païs !

Jean-Louis CASERIO
Félibre Majoral


Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 42 / 142983

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc de Nice-Matin en 2017  Suivre la vie du site N° 374 - Le « Coin du Mentounasc » du 29 avril (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 1