Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
Texte en français et revirada en Mentounasc

Poissons d’avril

samedi 1er avril 2017 par Jean-Louis CASERIO

L’origine de cette coutume malicieuse semble venir du fait que le mois d’avril était le 1er mois de l’année au XVIe siècle........

POISSONS D’AVRIL !

Les plaisanteries du 1er avril étaient moins timides autrefois qu’aujourd’hui. On se moquait des uns et des autres, on taquinait parents et amis, collègues de travail, maître d’école… Bref, il s’agissait de ne pas se prendre au sérieux l’espace d’une journée. Farces, attrapes, cadeaux insolites, faux messages, badinages, plaisanteries anodines étaient de mise et personne n’échappait au poisson de papier collé ou épinglé dans le dos !
L’origine de cette coutume malicieuse semble venir du fait que le mois d’avril était le 1er mois de l’année au XVIe siècle. C’est alors que le roi Charles IX fixa en 1564 le commencement de l’année civile au 1er janvier. Les étrennes habituelles furent donc reportées au 1er janvier et l’on n’offrit plus, le 1er avril, que des cadeaux de regret, présents ridicules ou dépourvus d’intérêt et de valeur. L’astrologie relia ce faux jour de l’an à la constellation des Poissons et ce furent désormais des sucreries en forme de poisson qui remplacèrent les étrennes habituelles.
Il n’y a plus guère que les enfants frondeurs et parfois les médias qui célèbrent encore ce culte du rire.

PEISHE D’ABRÌ !

E burle dou primou d’abrì eran tempe-fa menou tìmide qu’ancuhi. Ou primou d’Abrì era un belou jorn perqué pourìan coulhounà tout’ou moundou, foushounà parente e amigue, squersà u coulegue de travalh, galejà ou maïstre… Nou’ carrìa pa fa ou serious ent’ aquela jornàia. Squerse, despieche, burle, coulhounarìe, aleventarìe s’amourounavan e nushen noun pourìa scarta-se dou peish de papìe pegà o pounchalà ent’a squina !
Aquela usança ven de ço qu’ou mes d’Abrì era ou primou mes de r’ann ent’ou sécoulou XVI. Es aloura qu’ou Ré Carlou IX a dechidà en 1564 que r’entamenada de r’ann serìa ou primou de Genarou. E istess pèr e strene. E aloura noun se regalava pu que de chanfrusìe o de cause de pacoutilha sensa valouta pèr ou primou d’Abrì. Pèr r’astrologìa, aquestou jorn ese stach religà dam’a Coustelacian du Peishe e ese pèr acò qu’e lecounarìe en fourma de peishe an rempiaçà e strene.
N’i ese pu gaire que quarque pichoù pelandroù e u média que marcan encara un poc aquela tradician.

Jean-Louis CASERIO
Félibre Majoral


Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 14 / 139019

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc de Nice-Matin en 2017  Suivre la vie du site N° 370 - Le « Coin du Mentounasc » du 1er avril (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 0