Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
Textes en français et en mentonnais

La saison des poutines

samedi 1er avril 2017 par Jean-Louis CASERIO

LA SAISON DES POUTINES !

« Ahi que belle poutine ! Ahi que belle bianquete ! » C’était le cri des poissonnières pour attirer les clients et vendre les poissons. (La poutine est un peu plus grosse que la bianquete). La pêche aux alevins de poissons bleus, anchois et sardines, pratiquée sur nos rivages a toujours été très règlementée et autorisée autrefois par le Prince de Monaco. Les pécheurs mentonnais obtinrent le privilège de continuer cette pêche après le rattachement à la France en 1861. Cette dérogation unique en France fut assortie de règles strictes, notamment la durée de la pêche limitée à 45 jours par an, de février à avril.
Menacée par la législation européenne, les professionnels de la mer ont défendu avec succès cette pêche ancestrale. Dans le département des Alpes Maritimes, ils ne sont plus qu’une vingtaine de pécheurs à la poutine entre Cannes et Menton. Ils nous permettent ainsi d’accommoder et de nous régaler avec les poutines ou bianquettes en beignets, omelettes, soupes, tians, pichades…
Ainsi notre cuisine régionale, constitue-t-elle un véritable patrimoine, une culture populaire à maintenir et à promouvoir. D’autant plus que la gastronomie française est désormais inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO !

A STAJAN DE POUTINE !

« Ahi que belle poutine ! Ahi que belle bianquete ! » que ralhavan e pescairise mentounasque d’un autre temp pèr tirà u cliente e vende u peishe. Aquele se sounavan : a Bernisota, a Nissarda, a Perineta, a Busha, Francisca dou stocafic… A pesca de poutine, pichoune anchoùe o sardine, -a poutina es un poc pu grossa qu’a bianqueta- ese stacha sempre pran regolamentàia. Prima da ou Prènchipe de Moùnigou, puhi apress ou rastacament dam’a França en 1861, u pescahoù mentounasque an poushù countunià aquela pràtica ùnica en França. A pesca de poutine dura de febrarou fint’ au mes d’abrì, ma basta pèr 45 jorne pèr toute r’ann.
Menaçàia per e lege euroupenque, u pescahoù an defendù dame suchess aquela pesca antiga. Ent’ou departament de Arpe-Marine, noun san pu qu’una vintena de pescahoù que pescan e poutine tra Cànoua e Mentan per fà-nou regalà d’aquelu prate cousinà en fraishoue, frichàie, soupe, tian, pishade…
Aquesta cousina dou terraire, un verou patrimoni, déu esse mantengùa e proumùa. D’autant qu’a gastrounoumìa francesa ese marcàia n’ou patrimoni moundiale de l’UNESCO !
Jean-Louis CASERIO
Félibre Majoral


Portfolio

Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 26 / 138892

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc de Nice-Matin en 2017  Suivre la vie du site N° 370 - Le « Coin du Mentounasc » du 1er avril (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 2