Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
Rabelais en Mentounasc...

Ou roustissaire e ou faquin

vendredi 9 juin 2017

Une vieille histoire au temps de Rabelais…

OU ROUSTISSAIRE E OU FAQUIN
Davanch ou banc d’un roustissaire, un faquin manjava ou sen pan dame ou fum d’un roustì e ou trovava coum’ acò ben audourà e de mai, pu gustous. Ou roustissaire ou laishava fà. Finalament, quoura ou pan è stach toute manjà, ou roustissaire pilha ou faquin per ou coual e i demanda que paguessa r’audoù dou sen roustì. Ou faquin a dich que n’avìa da ren, gastà a soua carn, que n’avìa ren pilhà, e que noun devìa ren dou tout. Ou fum s’è svapourà de fouara da butiega e coum’ acò s’è pers, n’avian mai sentù dì que se vendìa ou fum de roustì per carriera ! Ou roustissaire replicava que, dou fum dou sen roustì, ou faquin noun pouvìa pilha-se-rou da manjà. Ou faquin tira ou sen bastan per mete-se en gàrdia. A garoulha è grana. A gent arriba da tout u cante. Quoura ou Signoù dou lueg passa en per aquì. U dou ome ri demandan de regulà aquer lite. Cada-un se spiega.
Signoù Jouan coumanda au faquin de tira da soua boursa quarque danari. Ço que fa r’ome. Ou Signoù pilha a peça d’argent, ra mete sus’ a soua spala couma per pesa-ra ; apress, a fa sounà s’ou parm da man senéca per veire se noun era faussa ; puhi, a pausa se r’uelh per verificà s’era ben marcàia. Tout acò è stach fach n’un gran silènciou. Per fenì, ou Signoù fa encara sounà ou sòu quarque vote susa un brouquet.
Puhi, dame pran de maestà, ou Signoù prepoutent, d’una auta-vous soulèna, prounoùncia a sentença : « A court a dechidà qu’ou faquin, qu’ou sen pan manjà n’un fum d’un roustì, regulierament a pagà ou roustissaire dam’ ou sounà dou sen argent e ourdouna que cada-un s’en anessa ent’ou sen retirou ». Acò fach, a causa jujàia, e… ben jujàia ! Acò farà jurisprudença

(Revirada Jean-Louis CASERIO)

LE TEXTE DE RABELAIS
Le rôtisseur et le portefaix
À la devanture de la boutique d’un rôtisseur, un portefaix mangeait son pain à la fumée du rôti et le trouvait ainsi plus parfumé et très savoureux. Le rôtisseur le laissait faire. Enfin, quand tout le pain fut avalé, le rôtisseur saisit le portefaix au collet, et voulut qu’il lui payât la fumée de son rôti. Le portefaix disait n’avoir en rien endommagé le rôti, n’avoir rien pris de son bien, n’être en rien son débiteur. La fumée dont il était question se dissipait à l’extérieur ; d’une façon comme de l’autre, elle était perdue : on n’avait jamais entendu dire qu’ on avait vendu de la fumée de rôt dans la rue ! Le rôtisseur répliquait qu’il n’était pas tenu de nourrir les portefaix de la fumée de son rôt et jurait que, s’il ne le payait pas, il lui en coûterait. Le portefaix tira son gourdin, et se mit sur la défensive. L’altercation prit de l’importance. Le peuple accourut de toutes parts. Là se trouva bien à propos Sire Jean. L’ayant aperçu, le rôtisseur demanda au portefaix : "Veux-tu confier notre différend à ce noble Sire Jean ? -Oui, répondit le portefaix.
Alors, Sire Jean, après s’être mis au courant du désaccord, demanda au portefaix de tirer de son baudrier une pièce d’argent. Le portefaix la lui mit dans la main. Sire Jean la prit et la mit sur son épaule gauche comme pour vérifier si elle pesait le poids ; puis il la fit sonner sur la paume de sa main gauche, comme pour entendre si elle n’était pas fausse ; puis il la posa sur la prunelle de son oeil droit comme pour voir si elle était bien frappée. Le peuple gardait un grand silence. Enfin il la fit sonner sur le comptoir à plusieurs reprises. Puis, avec une majesté présidentielle, il dit à haute voix : « La Cour vous signifie que le portefaix qui a mangé son pain à la fumée du rôt a payé civilement le rôtisseur au son de son argent. Ladite Cour ordonne que chacun se retire dans sa chacunière, sans dépens et pour cause. »


Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 85 / 155972

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site En savoir plus ... sur le mentounasc ?  Suivre la vie du site Quelques textes étudiés à l’Atelier du (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 2