Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
U Gallus

Les bateaux « Gallus »,

Promenades en mer dans les années 1960…
mercredi 1er août 2018 par Jean claude VOLPI, Solange MONGONDRY BARBERIS

Les bateaux « Gallus »
.
Les fonctions ancestrales du port de Menton, la pêche et le cabotage vont s’effondrer après la Seconde Guerre mondiale et la navigation de plaisance va s’approprier bon nombre d’anneaux.
Apparaît alors les prémisses de navigation touristique côtière dans l’immédiat après-guerre avec Bambou, un petit remorqueur de haute-mer venus de l’Atlantique. Il s’amarrait à cul au bout du quai face à l’actuelle capitainerie. Les passagers montaient et descendaient par l’arrière. Ils s’installaient sur la plage-arrière, quelques-uns sur les côtés.
Cependant, avec le boum touristique des ’’Trente glorieuses’’ (1950 à 1970), ce type de navigation touristique, où la Côte d’azur développe ses splendeurs depuis la mer, va nécessiter une autre organisation et d’autres moyens de transport maritime pour répondre à la demande.
Ces promenades « internationales » sur l’azur seront surtout saisonnières. Elles reliaient la France, Monaco et l’Italie. Très vite, elles vont devenir la chasse gardée de la SATAM (26 quai de Lunel à Nice). Au fil du temps, elle mouillera ses six navires successifs au port Lympia en caressant l’espoir d’établir une véritable ligne régulière à l’année.
Jean Sabatier, dans son étude « Le groupe portuaire de la Cote d’Azur » présentée en 1961 devant la faculté des Lettres et Sciences humaines d’Aix-en-Provence, donne ces indications et mentionne « le Gallus, le Gallus II, le Gallus V, l’ Ariel , 1’Etna et en 1962, un Super Gallus de 48 mètres construit par les chantiers de la Seyne, monté par une quinzaine de matelots, qui assuraient durant la période estivale de nombreuses liaisons vers les Îles de Lérins, la Riviera italienne et de multiples sorties dans la Baie des Anges ou la rade de Villefranche. On peut évaluer ce mouvement à 100 000 personnes transportées par an au cours des dernières saisons ».
Chose exceptionnelle, la SATAM possédait également un appontement privé sur la Promenade des Anglais juste en face à l’hôtel Ruhl.
Olivier Oliviero mentionne l’échouage du Gallus, un peu comme le Costa Concordia. Il s’était approché trop près du littoral. Il s’est échoué sur les rochers à fleur d’eau face à la plage des Rochers Rouges.
Jean Claude Volpi
.
U GALLUS
U siervici d’un temp dou poart de Mentan, pesca e caboutage s’afounderan apress ra Segounda Guerra moundiala e ra navigacian de piejhença va s’empatrounì de tantu anele.
Aloura, pareishan u premici da navigacian cab à cab sùbitou apress a guerra dame Bambou, un pichan remourcaire de auta-mà vengù de r’Atlanticou. Se marrava à cu à ra cima dou qué en facha da capitanarìa d’ancuhi. U passagé mountavan e caravan de darraire. S’enstalavan sus’ a spiaja de darraire, quarqù sus’ u coustà.
Entant, dame r’abrivada tourìstica de « Trente Glouriouse » (1950 à 1970), aquela soarta de navigacian tourìstica, que favourisava ra descuberta de splendoù da Coustiera d’Azur despuhi ra marina, nechessiterà un’autra ourganisacian e d’autre poussibilità de traspoart marìtimou pèr prouvede à ra demanda.
Aqueste passejade « enternaciounale » se faran sempre dam’e stajoù. Jougnìan ra França, Moùnigou e r’Itàlia. Pran vitou, deventeran ra poussessian da SATAM de Nissa. Dam’ ou temp, u se sìe bastimente suchessivi jeteran r’àncoura ent’ ou poart Lympia sperant de stabilì una vera couligacian regoulària toute r’ann.
Jean Sabatier, ent’ ou sen stùdiou « Le groupe portuaire de la Côte d’Azur » presentà en 1961 davanch ra facultà de « Lettres et Sciences humaines d’Aix-en-Provence », douna aquele endicacioù e menciouna « ou Gallus I, ou Gallus II, ou Gallus V, r’Ariel, r’Etna, e en 1962 un Super Gallus de 48 metre bastì da u cantìe da Seyne, dame una quinzena de matalò qu’asseguravan r’estade pran de couligacioù vers re Isoure de Lerins, ra Rivierà taliana e tante passejade ente a bàia du Ange o ra Rada de Vilafranca. Se pouhe stimà aquestou mouviment à 10 000 persoune barquejàie cad’ann pèr re darrìe stajoù ».
Causa echeciounala, ra SATAM poussedava tamben un apountament privà sus’ a Proumenada du Inglese propi en facha dou Ruhl.
Olivier Oliviero menciouna r’arenament dou Gallus, un poc couma ou Costa Concòrdia : era vengù trope press da riba de marina. S’ese chouà sus’ u scuelhe en facha da spiaja du Bausse Rousse.
Revirada da Solange Mongondry-Barberis, felibressa mentounasca


Portfolio

Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 47 / 163934

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc de Nice-Matin en 2018  Suivre la vie du site N° 429 - Le « Coin du Mentounasc » du 28 juillet (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 4