Société d’art et d’Histoire du Mentonnais

Un deuxième Saint Michel à la Basilique...

Ce 25 septembre 2018, notre vénérable St Michel va recevoir et accueillir un frère venu de Mers El-Kébir.
lundi 17 septembre 2018 par Auguste MACCARI

SAINT MICHEL
.
Dans notre zone transfrontalière, les St Michel sont nombreux, tant la ferveur populaire, envers l’Ange protecteur terrassant le démon, est intense. Ce 25 septembre 2018, notre vénérable St Michel va recevoir, et accueillir, un frère. Seule Menton pourra s’enorgueillir de cette singulière fraternité. Un frère dont l’histoire mouvementée, à la fois belle, émouvante par la foi populaire profonde générée, dramatique, tragique même, portée par les vicissitudes, heureuses et tristes, qui forment l’existence des hommes. Ce frère naquit en baie de Naples en 1880, à Procida, par la volonté des pêcheurs originaires de cette île, installés à Mers El Kébir sur la côte algérienne, ils voulaient que leur cher Patron les rejoigne sur leur terre d’émigration, pour célébrer son culte et faire vivre les traditions séculaires de leur foi. Cette œuvre fut réalisée en bois doré et argenté, la statue originale étant en bronze doré. Dès lors, porté par les « fratelli » revêtus de la longue robe blanche et de la cape bleue (mosette) de la Confrérie des Turchini, association non seulement religieuse, mais également de secours mutuel, l’Archange partait en procession par les rues du village, jusqu’à la Marine (vieux port) pour la bénédiction de la mer et des bateaux, en prières, en musique, aux chants des chorales, accompagnés du bruit des cagnonets ( petits canons ) Mais rien n’arrête la marche de l’Histoire, 1962, l’Algérie cesse d’être française. Ce trois décembre 1967, en présence des autorités civiles et religieuses, des derniers Kébiriens encore présents, sera célébrée une dernière messe en présence de St Michel. Une ultime procession le lendemain parcourra les voies du village, en camion militaire et escorte en grande tenue, accompagné du carillon des cloches sonnant à pleine volée. Le sept décembre 1967, embarqué sur le Saint-Hélène, l’Archange venu de Procida retraversera la Méditerranée, vers un nouveau port d’attache, La Ciotat, en janvier 1968. Une cinquantaine d’années après, les commémorations annuelles s’achevèrent avec la disparition des Anciens Kébiriens rapatriés. Dès lors, pouvait-on laisser notre Archange croupir au fond d’une cave ou dans un coin de musée ? Antoine Soccoïa, le fils du Prieur du village, lui le Mentonnais de cœur venu « de là-bas » ne pouvait admettre cela. Avec le soutien de notre Maire, Jean Claude Guibal, et du Père Guglielmi, recteur de notre Basilique, le Saint Michel de Procida, l’Archange de Mers El Kébir, rejoindra son frère mentonnais pour protéger, ensemble, notre ville bien aimée.
Auguste Maccari
.
SAN MIQUÈ
.
A noastra aira de counfen ha sempre augù una granna pietà per San Miquè, r’Arcàngelou proutetou qué castiga rou maregn. Per setembre de stann, ou noastre San Miquè ouspiterà rou sen fraire vengù de luegn, Elou pouarta una Storia coumouventa, qué spiegou ent’a part en frances d’aquer artìcoulou.
Nautre Mentounasque, nautre enfante dou Campanen, devema fa, farema, sensa dùbitou, un acuelh, dame pran de dignità, au San Miquè de Procida, r’Arcàngelou du pescahoù rapatrià de Mers El Kébir. Sarà un segn d’amistà, de fraternità, de generousità, per u noastre councitadi, ahura deventà Mentounasque de couhe. Despuhi tantu anne se san envestì ent’a vita da noastra cità, ente assouciacioù pùblique, religiouse, spourtive, de benevoulença, ancuhi se sentan propi Mentounasque de couhe. Han creà de familhe, han fach de pichou naishù à Mentan, enfante dou noastre païs. Mentounasque dou Campanen, sieguema à r’autessa de stou moument de fraternità.
August Maccari


Portfolio

Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 35 / 161711

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Aux rendez-vous 2018 de la SAHM   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 0