Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
Le 29 septembre....

A festa de San-Miqué par Jean-Louis Caserio

La fête patronale de la Saint-Michel
mardi 29 septembre 2020 par Jean-Louis CASERIO

A FESTA DE SAN-MIQUÉ
.
Ou 29 setembre, se festa r’arcange San Miqué, chef da milìcia chelesta e ben counoushù pèr avé scassegà ou dragan. Ese souven aishì que se presenta soubre dou poùrtigou de guieijhe, a soua lença en man e de l’autra ou scandalh dou Jujament darrìe. Es r’arcange ou mai populari dou païs-noaish. Pran de parròquie, guieijhe e capele i san dedicàie : Mentan, Mourinet, Souspé, La Turbia, Cabroare… es ou mestre proutetoù de autesse (A pianura San Miqué) e es stach cernù couma patran-sant da u paracaladiste.
Tempe-fa, pèr a San Miqué, coumençava balhe, afitage e loucacioù, era ou temp de « fà san Miqué », de desmenajà d’un lueg à un autre. Ese tamben ou jorn qu’u pastre s’en calan de pasture.
D’un temp, una fiéra se tenìa pèr r’oucasian à Mentan e se fasìa una grana proufessìa en r’aunoù dou patran-sant qu’era apareishù en 1720, soubre ou campanen pèr servà ou païs da pesta…
U païsà desìan d’issa-se avant ou sourelh, ou maten da San Miqué pèr anà culhì ou fenoulh, ban pèr scartà ou mà de pansa ! U païsà an sempre servà counfiença n’ou sant proutetoù coentra bourriane e chavane destrujesque. Un prouverbe di : chavane e tempourale, San Miqué serva ou piantìe. Meme s’ese ban que piouguesse pèr iempì sourgente, fouante, pousse e barme. E aigue de San Miqué qu’arriban souven aprèss a festa eran tante asperàie pèr u campagnoli aprèss a grossa secaressa de r’estade. Mà scoutema ou prouverbe : Toute e aigue perdùe, pèr San Miqué san rendùe.
Pèr a festa dou noaish patran-sant, canterema à Mentan e à Cabroare, “Glòria à San Miqué” una cansan scricha da Marcel Viale en 1975 pèr a coumemouracian dou tricentenari da guieijha-grana de San Miqué e una mùsica de Berthe Bianchi :
San Miqué, dou païs este r’àrima/ Couma tout’ e campane da nouaisha guieijha-grana,/ Ent’u noaishe couhe, e pèr r’eternità,/ Ou ten noum souana, e ressouana./ Testemoni envisìbile de tout’a noaisha vita,/ Dou noaish bateà fint’ a noaish’ agounìa,/ Susa nautre sempre al velhà/ A u moumente de pena nou ale counsoulà,/ A u moumente de jòia dame nautre al cantà./ Glòria… Pèr un moundou pu belou, pèr un moundou pu ban, / Pèr a paz dou moundou, pèr ou ben de Mentan,/ Glòria a tu, San Miqué, noaish Sant-patran…
Jean-Louis CASERIO, Félibre Majoral
.
LA FÊTE PATRONALE DE LA SAINT-MICHEL
.
Le 29 septembre, on fête l’archange Saint Michel, chef de la milice céleste et bien connu pour avoir terrassé le dragon. C’est souvent ainsi qu’on le représente aux portails des églises, tenant d’une main sa lance, de l’autre sa balance du Jugement dernier. C’est l’archange le plus populaire dans notre région. Nombre de paroisses, églises et chapelles lui sont dédiées : Menton, Moulinet, Sospel, La Turbie, Cabrolles… Il est maître protecteur des hauteurs (le plateau Saint Michel) et il a été choisi comme patron par les parachutistes.
Le 29 septembre est une date coutumière de renouvellement des baux. Pour cette raison, le verbe déménager ne s’emploie presque pas en mentounasc, on dit plutôt « faire Saint Michel ». C’est encore à cette date que les bergers quittent l’alpage.
Autrefois, une foire se tenait pour l’occasion, à Menton et l’on faisait une grande procession en l’honneur du saint patron qui était apparu aux Mentonnais, dit-on, en 1720 sur le clocher de l’église. Ce jour-là, il délivra le pays de la peste qui le ravageait…
Les paysans conseillaient jadis de se lever avant le soleil, le matin de la Saint Michel, pour aller cueillir du fenouil, souverain contre les coliques ! Les paysans ont toujours gardé foi en sa protection contre les tempêtes et les orages destructeurs. Un proverbe dit : Des tempêtes et des pluies diluviennes, saint Michel garde nos plantations. Même s’il est nécessaire qu’il pleuve pour reconstituer les réserves d’eau indispensables et les eaux de pluies de la Saint Michel qui arrivent souvent après la fête patronale étaient très attendues par les agriculteurs après la longue sécheresse de l’été. D’où le proverbe : Toutes les pluies perdues sont rendues par Saint Michel.
A l’occasion de la fête patronale, à Menton et à Cabrolles, on chantera “Gloire à Saint-Michel”, une chanson écrite par Marcel Viale en 1975 pour le tricentenaire de l’église Saint-Michel de Menton, sur une musique de Berthe Bianchi :
Saint-Michel, de notre cité tu es l’âme/ Comme toutes les cloches de notre grande église,/ Dans nos cœurs et pour l’éternité,/ Ton nom sonne et resonne./ Témoin invisible de toute notre vie,/ Depuis notre baptême jusqu’à notre agonie,/ Sur nous, toujours, tu as veillé/ Aux heures de peine tu nous as consolés,/ Aux moments de joie, avec nous, tu as chanté./ Gloire… Pour un monde plus beau, pour un monde meilleur/ Pour la paix du monde, pour le bien de Menton,/ Gloire à toi, Saint-Michel, notre saint patron…
Jean-Louis CASERIO, Félibre Majoral
.
Encart : LA CHAPELLE SAINT MICHEL DE CABROLLES
Sa construction daterait du XVIIIe siècle (son presbytère porte la date de 1764 sur le linteau de sa porte). Rénovée en 1831 puis en 1936, elle a fait l’objet de diverses transformations inaugurées lors de la fête de la Saint-Michel en 1976.
L’écusson représentant Saint-Michel, placé au fronton de la chapelle a été offert en 1928 par Henri Saïssi, propriétaire de la manufacture de céramique du Borrigo.
Selon la tradition orale, raconte Charles Imbert, Napoléon III de passage dans le pays mentonnais offrit 100 francs-or pour l’embellissement et l’entretien de la chapelle.


Portfolio

Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 33 / 253287

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc de Nice-Matin en 2020  Suivre la vie du site N°495 - Le « Coin du Mentounasc » du 26 septembre (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 6