Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
APPRENONS LE MENTONNAIS PAR SES POEMES

A casa de Paigran - Louis Moreno

mardi 2 février 2021 par Mauri OSICKI - AMPOLINI

ETUDE D’UN POÈME EN MENTONNAIS.
.
La lecture du poème peut être écoutée grâce au document « 24. Son A casa de Paigran », proposée dans les documents joints ci-dessous.
.
Louis Moreno (1899 – 1972)
.
Louis Moreno est né à Menton, il participe à la vie politique de la ville jusqu’en 1945. C’est lui qui a créé le Groupe Folklorique « La Capeline » en 1935. Il s’est fait remarquer par une importante activité d’écriture, en particulier en mentonnais : nombreux poèmes, chants, pièces de théâtre avec la collaboration de personnes connues comme François Tamburini et Francis Gag.
.
Voici une de ses chansons, A casa de Paigran, toujours chantée par La Capeline.
.
A casa de Paigran
.
I
.
Au mitan d’un belou piantìe
Ailì s’ou coulet pichan
Que vesinava u aurevìe
I era a casa de Paigran ;
Una caseta touta stanca
Embalourdìa dou sourelh
Viestìa de caussina bianca
A sousta dou sen tech vielh.
.
Refren
.
Pichouna casa qu’audourava
A fioureta de jaussemen,
Beatou rou temp qu’i passavan,
De matenìe à r’entrebren.
Laisha me cantà r’alegrìa
Qu’en s’ou coulet ai counoushù,
Tu que recampava a familha
O pichouna caseta doun’u me san naishù.

.
II
.
A vegou encà, bela caseta,
A soua tòpia de Marunvern ;
Ou ventilhan da soua piaceta
Noun rou cregnìan que d’envern.
A vegou encà a barma scura
Douna bevìan ent’un liman
R’aiga sourgenta, fresca e pura.
Bela caseta de Paigran.
.
III
.
De prepoutença de riquesse
Nou’s’en usava...Acò segù ;
Souret ou ven da countentessa
Sus’ou sen desc era metù.
Prount e rean, de pran ban couhe,
Paigran, quoura spartìa ou pan :
« Tené, amigue, e se Diou vouhe
Puhi, canteréma una cansan ».
.
IV
.
Perqué ? perqué ? Sus’e coulete
De tale case n’i san pu ?
Pèr u festì sus’e piacete
Perqué nushen noun canta pu ?
A vita va…Ou temp passa,
Serìan forshi castigà
De vouré vive ent’u palassi
De noun sabé se countentà.
.
.
1. Lire le poème à voix haute et recommencer plusieurs fois pour essayer de se familiariser avec le texte. La traduction se fera plus tard.
.
2. Quelques mots de vocabulaire :
Embalourdià : du verbe embalourdì (abasourdir, étourdir)
Entrebren : crépuscule, pénombre, serein
Marunvern : raisin malinvern, utilisé par les anciens pour faire le vin
Prepoutença : arrogance, insolence
Countentessa : contentement, ravissement
Castigà : châtier, punir
.
3. De quoi parle le poème dans son ensemble ?
.
Qu’est-ce qui différencie la strophe I de la strophe II  ?
.
Pourquoi dans la strophe IV souffle un brin de nostalgie ?
.
4. Rappel de grammaire !
.
Dans les strophes I et II, quel est le mode et le temps qu’utilise le poète ?
.
Dans la strophe III, attardons nous sur les paroles du Paigran : « Tené, amigue, e se Diou vouhe Puhi, canteréma una cansan ».
.
Dans cette phrase, il y a trois verbes, donner l’infinitif de chacun, en mentonnais bien sûr, et leur mode et temps dans la phrase.
.
5. Quelques questions sur la structure du poème qui est en vers rimés.
Observez les rimes et donnez-leur une appellation (voir séance précédente).
.
6. Et pour terminer, faites la traduction du poème...
.
.
En document joint ci-dessous, nous avons, comme d’habitude, les différentes traductions.
.
A suivre et à bientôt. (sahm.diffusion orange.fr)


titre documents joints

2 février 2021
info document : MPEG4 Audio
2.3 Mo

2 février 2021
info document : Word
15.7 ko

Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 476 / 314803

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Apprenons le mentonnais par ses poèmes  Suivre la vie du site 3 - A casa de Paigran   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 3