Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
LE COIN DU MENTOUNASC DANS NICE-MATIN

« André Rossi, ancien ministre et député » par Jean-Louis Caserio

Revirada en Mentounasc par Mauri Osicki-Ampolini
dimanche 21 novembre 2021 par Jean-Louis CASERIO, Mauri OSICKI - AMPOLINI

Anniversaire…
Il y a 100 ans, naissait à Menton :
ANDRÉ ROSSI, ANCIEN MINISTRE ET DÉPUTÉ
.
André Rossi est né le 16 mai 1921 à Menton, au 17 rue Villarey et décédé à Paris le 22 août 1994. Il est le fils de Jean-François Rossi (1889-1941), commissaire spécial, Croix de guerre et Chevalier de la Légion d’Honneur, et de Rose-Marie, Antoinette, Alice Mangan (1898-1975). Issu d’une famille de serviteurs de l’Etat, républicain et patriote comme les Corses savent parfois l’être, André Rossi a toujours vécu avec l’amour du bien commun chevillé au corps.
En 1947, il entre dans l’administration préfectorale. Très vite, il se passionne pour la politique et devient le collaborateur de ministres radicaux, dans les gouvernements de la IVème République. Européen convaincu, il passe ensuite deux années à Luxembourg, à la Communauté européenne du charbon et de l’acier. De là, sans doute, son attachement à l’Europe. Un attachement qui ne l’a pas empêché de dire non au traité de Maastricht, au nom des intérêts de la France.
André Rossi est élu député de l’Aisne en 1958 et réélu à toutes les législatives, sauf à celle de 1981. Pendant ces 35 années au service de l’Aisne, il a d’abord été maire de Chézy-sur-Marne. C’est là qu’il résidait, aux Roches, avec Michèle son épouse, qui était aussi passionnée que lui par la vie politique, et leurs deux enfants. C’est dans ce village si charmant au bord du Dolloir que ses amis venaient le voir, dans sa maison aux portes toujours largement ouvertes.
Maire de la ville de Château-Thierry, pour laquelle il a tant fait de 1971 à 1989, il a été également conseiller général de 1962 à 1993.
André Rossi a aussi mené une brillante carrière nationale, comme secrétaire d’Etat, porte-parole du gouvernement auprès de Jacques Chirac de 1974 à 1976, puis comme ministre du commerce extérieur de 1976 à 1978, dans le gouvernement de Raymond Barre.
Un orateur de talent
A l’Assemblée Nationale, dont il était l’un des plus anciens membres, il était réputé pour ses interventions concises et claires, toujours pertinentes. Lui, qui avait vu passer tant de gouvernements était le familier des figures les plus célèbres de la politique française. Tous appréciaient sa modération, son goût de la tolérance et sa culture.
André Rossi était un homme solide, physiquement et moralement. Travailleur infatigable, toujours souriant, toujours aimable, avec son regard bleu qui plaisait tant aux femmes. Il avait aussi une formidable solidité morale, qui lui permettait de résister aux attaques, de s’élever au-dessus des clivages partisans et des idées toutes faites. Sa solidité cachait néanmoins une grande sensibilité. C’était un serviteur de l’intérêt général avant tout, toujours simple, généreux, attentionné, toujours proche de ceux qu’il aimait et servait. Il était de ces hommes politiques dont l’honnêteté n’a jamais été prise en défaut.
« Il aura été, dans ce sud de l’Aisne qu’il aimait tant, déclarait Renaud Dutreil, un vivant exemple de dévouement, de courage et d’honnêteté. Un homme simple, un homme vrai, de ceux qui sont l’honneur de notre vie politique »
.
Recueilli par Jean-Louis Caserio, d’après l’hommage rendu à André Rossi lors de sa disparition en 1994 par Renaud Dutreil, son successeur à l’Assemblée Nationale.
.
ANDRÉ ROSSI, MENISTROU E DEPUTATOU
.
André Rossi ese naishù ou 16 dou mes de majou 1921 à Mentan, ent’a Carriera Villarey e ese mouart à Paris ou 22 dou mes da Madona 1994. Couma ent’a soua familha, André Rossi a campà pèr siervì rou statou. Es aishì qu’en 1947 intra à r’aministracian da prefetura. Mà pran vitou se passiouna pèr a poulìtica e arriba ent’u gouvernou da quatriéma repùblica. Se trova mentre doue anàie à Luxembourg pèr satisfà ra soua counvincian euroupeana. André Rossi deventa deputatou en 1958 dou despartament de r’Aisne pèr i stà fint’en 1981. Ente tout’aquelou moument au siervici de r’Aisne es elegì mera da vila de Chézy-sur-Marne. Aquelou paisot deventa ra soua residença dam’a soua spousa Michèle, à qui ra poulìtica apieijhìa autretant, e u se dou enfante. A soua casa era sempre duberta pèr u amigue que venìan à vé-rou.
Mera de Château-Thierry de 1971 à 1989, ese stach tamben counselherou generale de 1962 à 1993.
Car dì que André Rossi a fach una carriera remarcàbila naciounala, couma secretari dou statou, pouarta-paraula dou gouvernou de Jacques Chirac de 1974 à 1976, puhi couma menistrou dou coumerchou esterioù, da 1976 à 1978, ent’ou gouvernou de Raymond Barre.
À r’assembléa naciounala, counoushù d’un pess de temp, era reputà couma quarqu’un que fasìa e soue entervencioù courtete e quiàre, sempre judiciouse ; tout ou moundou apreciava a soua mouderacian, a soua toulerança e ra soua cultura.
André Rossi era un ome travalhous, sempre souguignent e amàbile, avìa un regard blu qu’apieijhìa à e freme mà era un ome soulide, resistava à e ataque du autre. Servitoù de r’enteressou generale prima tout, era un ome sèmpie e generous. A soua ounestà, mai, n’ese stacha falìa.
Revirada Mauri-Osicki-Ampolini


Portfolio

Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 27 / 325011

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc dans Nice-Matin avant 2022  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc de Nice-Matin en 2021  Suivre la vie du site N°535 - Le « Coin du Mentounasc » du 20 novembre (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 9