Société d’art et d’Histoire du Mentonnais
LE COIN DU MENTOUNASC DANS NICE-MATIN

Histoire d’eau....... « Un écu, la gifle »

dimanche 19 décembre 2021 par BAQUIÉ Joan-Pèire , Solange MONGONDRY BARBERIS

UN ÉCU, LA GIFLE
.
Un des problèmes majeurs en Provence et dans le Pays-Niçois est le manque d’eau l’été. Ceci fut illustré entre autre par Marcel Pagnol dans Manon des sources. A l’inverse de gros orages peuvent semer désastres et morts lorsque les éléments se déchainent à l’exemple du 2 octobre 2020 dans les vallées de la Roya, de la Vésubie et de la Tinée.
Mais permettez à votre serviteur de vous raconter ce qui se passa en été, autrefois, pas loin d’ici sur les hauteurs de Nice.
A cette époque-là, les gens étaient presque tous paysans et l’été l’eau était plutôt rare. Le syndicat de l’eau répartissait l’eau aux villageois soit le matin, soit l’après-midi, soit la nuit, parce que l’eau n’arrête pas sa course et qu’il ne faut pas la gaspiller.
Donc, un jour pour Jean ce fut comme on l’appelait « la nuit de l’eau ». Un peu avant minuit, Jean s’en alla rejoindre son terrain pour mettre l’eau chez lui. Armé d’une pioche, Jean fit venir l’eau dans son champ. La nuit était belle et notre paysan s’attarda à regarder les étoiles et à s’émerveiller de la beauté de l’univers. Le temps passait, lorsque tout à coup, l’eau se tarit, plus rien n’arrivait de là-haut.
Sans faire de bruit, Jean grimpa jusqu’au canal et y trouva François qui lui volait son eau. La dispute verbale se transforma jusqu’à ce que Jean donne une gifle à François.
L’affaire était grave, et François alla trouver le juge de paix pour réclamer réparation. Au tribunal, l’histoire de l’eau dérobée passa vite dans les débats. Le juge était un citadin et il ne connaissait rien aux problèmes de répartition de l’eau dans les collines. On ne parla presque uniquement que de la gifle et le juge ne prit en considération que l’offense faite à François. Jean fut condamné à payer un écu de dommage à l’offensé. Dans la salle François avait déjà le sourire aux lèvres, celui du vainqueur.
Jean sortit de sa bourse un écu, puis un autre écu, il des donna au juge de paix. Le juge voulut restituer à Jean l’écu de trop payé. Mais Jean était déjà parti dans la salle d’audience à la rencontre de François qui reçut une autre gifle, mais celle-ci était déjà réglée d’avance.
Joan-Pèire Baquié (IEO 06)
.
UN SCU RA LOURDA
.
Un de proubleme pu empourtente en Prouvença e ent’ ou Païs niçard e mentounasc es a mancansa d’aiga r’estade. Acò ese stach ilustrà da Marcel Pagnol dame Manon de fouante. A r’envèss de grosse bourriane poaran desganchà desastre e moarte quoura u elementi se descahenan couma ou 2 d’óutoubre dou 2020 ent’ e valade da Ròia, da Vesubìa e da Tinéa.
Ma permeté ent’ ou voaish servitoù de cuntà-vou ço que s’ese passà un estade, tant u ane fà, gaire luegn d’aquì sus re autesse dou païs.
Ent’ aquela épouca ra gent era squàijhi touta païsana e r’estade n’i era gaire d’aiga. Ou sindicatou de r’aiga spartìa r’aiga à u campagnoli siegue ra maten, siegue r’apréss-diernà, siegue de nuech perqué r’aiga noun s’arresta pa de courre e noun car pa desgalhà-ra.
Dounca, un jorn, ese stach pèr Jouan « ra nuech de r’aiga ». Un poc avanch miejanuech, Jouan es anach à rejougne ou sen terren pèr mete r’aiga da elou. Armà d’una sapa, Jouan ha virà r’aiga ent’ ou sen predi. Ra nuech era bela e ou noaish campagnolou s’es atardà à gardeà re stele e se maravilhava da belessa de r’Univers. Ou temp ha passà, quoura tout en un còu, r’aiga s’es agoutàia, pu ren n’arribava de d’amount.
Sensa fa de bourdelou, Jouan es anach en sù fint’ au beà e, ailì, ha trovà Choa qu’i raubava r’aiga. Ra garroulha verbala s’ese trasfourmàia fint’ au moument que Jouan ha moulà una lourda à Choa.
R’afaire era gravi e Choa es anach à trovà ou juge de paz pèr demandà-ri reparacian. Au tribunale, ra stòria de r’aiga raubàia ha passà lest. Ou juge era citadin e noun counoushìa ren ent’ u proubleme de spartiment de r’aiga ent’ u coale. Noun s’ese parlà que da lourda e ou juge ha counsiderà soulament r’oufensa facha à Choa. Jouan ese stach coundanà à pagà un scu de dann. Ent’ a sala Choa avìa ou souguigne sus’ e labre, aquelou dou vinchitoù.
Jouan ha sourtì un scu da soua boursa, puhi un autre scu e re ha dache ent’ ou juge. Ou juge vourìa rende ou scu pagà en mài. Ma Jouan era dejà partì ent’ à sara pèr anà en scoantra de Choa qu’ha rechevù un’ autra lourda, ma aquela era dejà pagàia d’ avança !
Revirada da Solange Mongondry Barbéris


Portfolio

Accueil | | | | Statistiques du site | Visiteurs : 26 / 349870

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc dans Nice-Matin avant 2022  Suivre la vie du site Le Coin du Mentounasc de Nice-Matin en 2021  Suivre la vie du site N°538 - Le « Coin du Mentounasc » du 18 décembre (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 2